De l’incontournabilité des passerelles (transports Jabber)

Olivier Goffart (Gof) parle de l'interêt des clients multi-protocoles sur son blog, face à Jabber et ses transports. Etienne Lavanant (Tiennou) en avait déjà parlé sur son blog en octobre 2005, en expliquant pourquoi il est contre les passerelles.

Voici mon grain de sel dans la blogosphère jabberienne :

Vous savez, en anglais, on dit des vieux systèmes de messageries instantanées propriétaires que ce sont des "legacy systems".

En gros, cela véhicule l'idée que l'on ne peut que difficilement voire pas du tout s'en dépatouiller, pour toutes les raisons imaginables. Elles ont existé à un moment, et bien que ce soient des boulets, elles existeront toujours. Le Monde a un peu de mal à faire table rase du passé.
Les tranports ou passerelles sont dans ce sens incontournables et pas du tout temporaire. La théorie de la phase transitoire de la migration totale vers Jabber est tout simplement illusoire.

Le concept même du transport Jabber est donc bel et bien une force que les autres n'ont pas : c'est la preuve que Jabber tient compte de l'existant et cherche à être interopérable (compatible).

Cette interopérabilité est vraie dans une certaine mesure puisque les fournisseurs des vieux systèmes de messagerie instantanée propriétaire cherchent à justement n'être pas interopérable, ils cherchent à verrouiller leurs utilisateurs, ils cherchent à interdire ou au moins compliquer l'accès d'autres IM.

Avec ses transports, Jabber n'est pas seulement la messagerie instantanée la plus interopérable, c'est aussi la messagerie instantanée fédératrice que l'on attendait tous.