IMP propriétaire

Juste un bref rappel sur ce que l’on appelle communément « système de messagerie instantanée propriétaire » ou « IMP propriétaire », car il n’est pas forcément évident de bien comprendre tout ce qu’implique le mot « propriétaire » dans ce contexte.

L’IMP propriétaire est un ensemble finalement assez cohérent dans l’approche :

  • un client propriétaire avec la licence qui va bien
  • un service propriétaire, centralisé et fermé
  • un contrat de service restrictif voire menaçant
  • un protocole propriétaire, fermé et non-documenté

Le client est propriétaire et gratuit, il a une licence restrictive comme tout soft proprio qui se respecte, elle prive des droits et libertés les plus élémentaires ses utilisateurs.

Le service est centralisé, il n’existe pas de logiciel serveur que l’on peut installer dans une entreprise ou association qui se connecte à un réseau fédéré.

Le contrat de service interdit formellement la connexion au service par des logiciels tiers, preuve supplémentaire de fermeture.

Le protocole est conçu de manière fermée, au sein d’une équipe restreinte, qui ne documente pas. La standardisation est bien évidemment loin de leurs préoccupations, bien qu’il y ait eu un essai (et un échec) un jour lointain… Les changements mineurs dans le protocole étaient monnaie courante pendant une période, rendant ainsi les logiciels tiers inopérants, mais ils ont finalement compris qu’un utilisateur en plus, même passant par un logicel tiers, est un utilisateur en plus.

Au final, on a un « système » de « messagerie instantanée propriétaire » complètement fermé, cloisonné et vérouillé, avec des masses d’utilisateurs captifs par effet réseau. C’est loin, très loin de la philosophie ouverte et libre des concepteurs de l’internet et du web…