Les standards ouverts à « Paris Capitale du libre »

Tristan Nitot, le président de la Mozilla Foundation Europe, va donner une présentation à « Paris Capitale du Libre » sur le thème « Les standards ouverts : rôle et importance stratégique, du Web à la bureautique en passant par le multimedia », les 13 et 14 juin à Paris (porte Maillot).

Revue très brève :

  • Le web, quasiment depuis ses débuts, a constament évolué avec les standards du W3C, parfois en avance, parfois en retard, mais globalement les standards et implémentations se sont développés ensemble. Cela continuera par le W3C (avec le coup de pouce du WHAT-WG), les acteurs majeurs jouant un jeu fair-play (Mozilla, Safari/Apple, Opera, Konqueror/KDE). Le chemin du web 2.0, des RIA, du mode offline sont tracés. Microsoft s’évertue tant bien que mal à rattraper son retard accumulé pendant 5 ans avec son IE.
  • La bureautique a toujours évolué sans aucun standard de format, et ce n’est que depuis peu qu’on dispose d’un standard ouvert. Il s’agit du format OpenDocument de l’OASIS, la suite libre multiplateforme OpenOffice.org l’implémente mais aussi KOffice, Google Docs & Spreadsheets et l’ODF-converter. La menace vient de Microsoft, une fois n’est pas coutume, non pas avec son format propriétaire de sa suite MS Office, mais son pseudo-standard OpenXML.
  • Le multimédia a toute une foultitude de formats et codecs, autant de propriétaires que standards ouverts, dans un monde particulièrement encombré par le peste des brevets logiciels et des DRM (gestion numérique des droits) qui emmerde tout le monde et dont personne ne veut, à part peut-être ceux qui croient encore de manière illusoire exercer un contrôle global sur la diffusion.

Dans le titre de cette présentation Tristan a (sans doute volontairement) omis le courriel. Le courriel est un ensemble de standards ouverts un peu fouillis et de conception ancienne (vieillotte ?), duquel a émergé le spam (et son business-model honteux). On estime aujourd’hui que le spam (pourriel) est largement majoritaire, certaines études montent à 80 voire 90 % du trafic de courriel sur internet. L’évolution des standards ouverts du courriel, notamment la lutte anti-spam, semble bien difficile, car les acteurs ne jouent pas réellement un jeu fair-play.

Devant la montée en puissance partout dans le monde de la fragmentation et de l’incompatibilité de l’IMP (Instant Messaging and Presence, ou messagerie instantanée et présence), de la VoIP (devrais-je dire VoIM ?), des réseaux sociaux et des jeux en ligne, un seul protocole/système/architecture standard ouvert peut répondre à une logique de fédération et d’interopérabilité. Il s’agit de Jabber/XMPP bien entendu.

J’espère que Tristan va au moins aborder Jabber/XMPP. J’espère, je fais même un appel du pied en rédigeant ce billet avec un trackback (bien que ça fasse doublon avec un commentaire modéré, désolé pour ça).

Le standard ouvert de l’IETF qu’est Jabber/XMPP, et dont l’évolution est supervisée/encouragée par la XSF, couvre un large spectre d’applications :

  • chat (clavardage), présence et groupchat
  • VoIP/visio ou plus généralement initialisation de sessions multimedia NATés
  • notifications et alertes
  • middleware comme les ETL, EAI et ESB
  • applications collaboratives quasi-temps-réel comme l’édition de documents en groupes comme les textes structurés, les graphiques vectoriels, les feuilles de calcul, etc.
  • le contrôle à distance
  • monitoring et supervision
  • réseaux sociaux
  • jeux en ligne

Jabber/XMPP est un standard ouvert de l’IETF. Jabber/XMPP représente une des batailles majeures des années à venir dans le domaine des standards ouverts. On doit en parler dans les conférence, le faire essayer et adopter, montrer les applications, et surtout surtout, développer la killer-app qui va attirer la masse critique.