Jabber à l’université de Nantes

ArnY a posté un journal sur LinuxFR traitant de la news suivante : « L’université de Nantes distribue 6000 DVD de Linux et de logiciels libres ». Je vous invite à lire la news et le journal, ainsi que les réactions en commentaire.

Ce qui nous intéresse le plus ici, c’est leur intégration de Jabber. Le sujet avait déjà été traité en 2006 sur le forum de JabberFR, donc je laggue un peu.

Le serveur Jabber est dédié aux étudiants, aux profs et au personnel de l’université, et il est ouvert au monde. Le point de départ se situe sur la page web « Messagerie instantanée : Univ’Tchat » et la version détaillée se situe sur le wiki.

De plus, des tutoriels excellents ont été mis en ligne :

Et les statistiques sont en ligne

Côté techno, le serveur est un jabberd2, avec chatrooms, notifications e-mail, service de news et transports. Il y a intégration dans le webmail (squirrelmail) avec Jeti et le client est basé sur Pandion, modifié par son auteur pour l’occasion.

Une copie d’écran pour l’occasion :

Jabber à l’université de Nantes

Espérons que cette réussite donnera des ailes à d’autres universités et écoles.

Publicités

IMP propriétaire

Juste un bref rappel sur ce que l’on appelle communément « système de messagerie instantanée propriétaire » ou « IMP propriétaire », car il n’est pas forcément évident de bien comprendre tout ce qu’implique le mot « propriétaire » dans ce contexte.

L’IMP propriétaire est un ensemble finalement assez cohérent dans l’approche :

  • un client propriétaire avec la licence qui va bien
  • un service propriétaire, centralisé et fermé
  • un contrat de service restrictif voire menaçant
  • un protocole propriétaire, fermé et non-documenté

Le client est propriétaire et gratuit, il a une licence restrictive comme tout soft proprio qui se respecte, elle prive des droits et libertés les plus élémentaires ses utilisateurs.

Le service est centralisé, il n’existe pas de logiciel serveur que l’on peut installer dans une entreprise ou association qui se connecte à un réseau fédéré.

Le contrat de service interdit formellement la connexion au service par des logiciels tiers, preuve supplémentaire de fermeture.

Le protocole est conçu de manière fermée, au sein d’une équipe restreinte, qui ne documente pas. La standardisation est bien évidemment loin de leurs préoccupations, bien qu’il y ait eu un essai (et un échec) un jour lointain… Les changements mineurs dans le protocole étaient monnaie courante pendant une période, rendant ainsi les logiciels tiers inopérants, mais ils ont finalement compris qu’un utilisateur en plus, même passant par un logicel tiers, est un utilisateur en plus.

Au final, on a un « système » de « messagerie instantanée propriétaire » complètement fermé, cloisonné et vérouillé, avec des masses d’utilisateurs captifs par effet réseau. C’est loin, très loin de la philosophie ouverte et libre des concepteurs de l’internet et du web…

Guerre des IMP : MSN/WLM = IE dans la guerre des navigateurs

Sur un poste Windows XP et Vista, le logiciel Windows Messenger (n’utilisant malheureusement pas la technologie standard et normalisée Jabber/XMPP), ancêtre de MSN Messenger désormais appelé Windows Live Messenger est installé par défaut et il n’est pas désintallable.

Et ceci sur un OS monopolistique, détenant plus de 90% de parts de marché, en pleine guerre des IMP/VoIM.

Ceci rappelle étrangement IE pendant la guerre des navigateurs. C’est de la même manière que Microsoft a abusé de sa position dominante/monopolistique pour imposer son soft, se souciant assez peu des standards ouverts.

Microsoft a d’ailleurs été attaqué en justice pour cela et a perdu ses procès.

Donc les éditeurs propriétaires et fournisseurs de services propriétaires de Yahoo! Messenger, ICQ, AIM, QQ, Xfire, Gadu-gadu, Nate One, si vous voulez gagner du fric, c’est le moment de vous grouper et de les attaquer, avant de vous faire complètement éliminer.

En espérant que dans cette guerre des IMP, quelques uns passent au standard ouvert Jabber/XMPP.

L’affaire Blackberry étendue

On en trouvera moultes traces sur le net, la marque canadienne d’appareils téléphoniques à clavier à tout faire a été interdite à l’Élysée. En effet, l’ensemble des communications passent par les serveurs canadiens. Inutile de préciser donc que la plus haute autorité de n’importe quel état normalement constitué doit évidemment rejeter un tel système.

Cela est valable pour les plus hautes autorités de l’état, soit, mais cela reste également valable bien évidemment pour tous les ministères et administrations. Et ce n’est différent en rien des risques encourus par les entreprises.

Alors, votre entreprise confie ses communications à une société privée ?

Dans le cas de l’affaire Blackberry, c’est bien, elle éclate au grand jour dans tous les médias, pas seulement ceux liés à la presse informatique.

Et dans le cas des systèmes de messagerie instantanée propriétaires utilisés par les employés de votre entreprise ? C’est pareil. Tous ces systèmes sont centralisés chez la société privée, fournisseur de service. Les exemples les plus évidents sont MSN/WLM par Microsoft, AIM par AOL, Yahoo! Messenger par Yahoo!… ils sont tellements évidents, là, devant nous…

Ne parlons même pas de Skype, qui lui n’est pas centralisé, mais qui envoie des données on-ne-sais-où, et qui génère du traffic même quand il n’est pas utilisé.

Le seul moyen de contrôle de la messagerie instantanée et de la VoIP pour votre entreprise, c’est l’installation d’un serveur Jabber et d’un serveur SIP, et le déploiement des solutions clientes sur les postes.

Vers où va l’IMP ?

On le sait, on l’a tous bien compris, l’important dans la messagerie instantanée, c’est l’instantanéité des conversations, l’immédiateté de réaction, le quasi-temps-réel avec tout ce qui est connecté.

On le sait également, la richesse de l’IMP, son coeur pour l’utilisateur, c’est la liste de contacts (« roster »), avec au centre l’identité à laquelle est liée la réputation.

On en a moins conscience, mais la présence est une info sans doute moins visible, mais tout aussi importante que l’instantanéité et le roster. Parfois, cette présence est considérée comme une méta-info…

On voit apparaître la notion de présence étendue qui prend petit à petit sa place avec les évènements personnels du type humeur, musique en écoute, vidéo en visualisation, site web visité, géolocalisation, activité en cours, chat en cours, jeux en cours, etc. sans avoir à surcharger le message d’état. Les applications potentielles sont légion.

Avec les quelques IMP captives et propriétaires à succès intégrant la voix et parfois la visio, le concept d’IMP s’est un peu étendu vers la VoIP, ou plutôt la VoIM, puisqu’elles sont toutes spécifiques, propriétaires et liées à leur IMP. Bien que l’IMP et la voix/visio soient très différents, certains considèrent par voie de conséquence que ViIM et IMP sont indissociables aujourd’hui. Nombreux sont ceux qui attendent la voix et la visio via Jingle sur Jabber. Pour eux, c’est ce qui les empêche de migrer.

La tendance aujourd’hui : on voit apparaître désormais l’intégration de l’IMP dans les réseaux sociaux. Tous les réseaux sociaux (incompatibles bien entendu) n’ont pas la présence d’esprit d’utiliser les technologies Jabber qui sont toutes prêtes pour eux. Surtout les technologies Jabber sont ouvertes et standard, elles ne leur coûteront pas de royalties et elles ne les rendront pas dépendantes d’aucune entité tièrce ou du maintien d’une technologie propre. Utiliser Jabber de manière couplée à son réseau social, c’est une ouverture du réseau aux millions d’utilisateurs de Jabber, un avantage compétitif sur ceux qui n’ont pas d’IM ou qui ré-invente la roue (NIH) ou pire, utilisent ô stupidité une IMP captive, proprio et non-interopérable.

Donc demain, que se passera-t-il ?

Le courrielleur va-t-il gagner en interactivité en lui ajoutant l’instantanéité, la présence et le chat ? Le couplage est déjà opérationnel dans GMail, grâce au service GTalk : les utilisateurs peuvent chatter dans une petite boîte en HTML ou dans une fenêtre séparée. Un utilisateur peut choisir de continuer un chat par e-mail, ou continuer un fil de discussion d’e-mails sur le chat en cas de présence du correspondant. Ce scénario peut (doit ?) sans problème être reproduit dans n’importe quel courrielleur. D’autre part, des RFC sont en cours, en ce qui concerne l’intégration du Jabber ID dans les entêtes des e-mails, et pour pour signaler la présence de courrier via SIEVE sur XMPP. Dernière chose, la similitude évidente entre les adresses e-mail et les Jabber ID permettent d’avoir un identifiant unique pour les deux types de communication.

Le navigateur va-t-il gérer l’identité et la présence de l’utilisateur, notamment sur les réseaux sociaux ? Lors de l’inscription à un site, il y a une phase de challenge par e-mail, pour la vérification (faible) d’identité, ne serait-ce pas plus judicieux de faire ce challenge en version quasi-temps-réel par XMPP directement dans le navigateur ?

La bureautique traditionnelle va-t-elle évoluer vers de la bureautique collaborative en quasi-temps-réel ? Inkscape et Coccinella permettent déjà le tableau blanc (whiteboard), les version alpha de Abiword permettent déjà l’édition de texte collaborative. OpenOffice.org, mais aussi Gnome Office et KOffice ne bénéficieraient-elles pas d’une intégration Jabber ?

Les IDE vont-ils permettre le développement collaboratif en quasi-temps-réel ? Un code source peut en effet être édité en temps réel de manière collaborative, si deux développeurs ne codent pas la même partie. Ainsi la résolution de conflits qui se joue d’habitude sur le dépôt, n’aura pas à se jouer, puisque le fichier est déjà édité collaborativement en live.

Le jeu en ligne va-t-il utiliser Jabber pour ses échanges de données ? Le XML de XMPP est sans doute un peu verbeux pour les MMOG (jeux massivement multijoueurs), encore que cela reste à démontrer. En tout cas Volity utilisé déjà Jabber pour le jeu.

Dans tous les cas :

  • si vous voulez faire évoluer les protocoles, Jabber est le seul candidat puisqu’il est ouvert et standard
  • si vous voulez implémenter des applications, Jabber est le seul candidat puisque décentralisé et ne passe pas par les uniques serveur centraux des multinationales états-uniennes
  • si vous voulez de l’IMP dans votre entreprise ou association, Jabber est le seul candidat puisque de nombreuses implémentations de clients et serveurs libres sont déjà disponibles et ne sont pas liés à un seul éditeur dont vous tomberez dépendant

Vous pouvez, vous devez utiliser Jabber plutôt que quoique ce soit d’autre. Que ce soit pour du simple chat, la gestion de présence, la VoIM, les réseaux sociaux, les applications collaboratives en quasi-temps-réel, et de nombreuses autres applications potentielles…
Et pour vous, vers où va l’IMP ?

Ça y est, Jabber a gagné !

Soyons honnêtes, Jabber/XMPP a déjà gagné la bataille des protocoles et systèmes de messagerie instantanée et de présence, grâce entre autre à son aspect standard ouvert. En effet, tous les géants du logiciel ont déjà adopté XMPP/Jabber dans au moins un de leurs produits ou services :

C’est donc bien tout l’écosystème des éditeurs de logiciels libres et propriétaires qui a adopté le standard ouvert XMPP, protocole de messagerie instantanée, de présence, de VoIP, de transferts de fichiers, de réseaux sociaux, d’édition collaborative en quasi-temps-réel, de notifications et d’alertes, d’évènements personnels et de jeux en ligne.

Notez bien, il ne reste plus que Microsoft (et Yahoo!).

Update : « Jabber a gagné » c’est à peu près la même conclusion que rend Ferris Research dans un Inside Bulletin (bulletin interne) nommé « The IM Open Standards War Is Over – XMPP Has Won » (merci stpeter). Promis, je n’avais pas lu ce bulletin, de toute façon il faut être adhérent pour y accéder…